President’s Message

March 15, 2016

Thank you

by Steve Tippin

 

 

As some of you may know, my term as President of GAAC will soon come to a close. By the time the next issue of our online magazine is released, the role will be filled by the incredible Benjamin Kikkert. I am very excited about his big plans for GAAC.

 

I have learned many things while serving as the President (and Marketing Coordinator, Ontario Rep, Vice President, Membership Coordinator and Website Coordinator). I have learned about my own practice, business and leadership abilities (and weaknesses). I have learned about the diversity, importance, talent and skill that exists in the Canadian Glass community. I have learned too many things to list, but none of those lessons would have been possible without help from others.
I would like to thank all of those that have served with me on the GAAC board during the more than six years that I have served on it: Brad, Jamie, Sally, Rachel, Kate, Marcia, David, Christy, Benji, Wendy, Gilles, Karina, Robyn, Kat, Melody, Ashley, Lisa, Silvia, Gabby, and the many regional reps, your thankless dedication to your community continues to inspire me. It seems like just yesterday Brad Copping encouraged me to volunteer on the board and I thank him for that and for continuing to be a brutally honest friend and mentor.

 

I would like to thank the members because it is all of you that make GAAC possible and relevant. I cannot think of any other artistic medium that has such a tightknit community, which celebrates both itself as a whole and its individuals. Thank you for continuing to apply for GAAC’s project grants, scholarships and exhibitions, for speaking at conferences and for supporting the community.

 

I would like to thank Christian Poulin, Koen Vanderstukken and Natali Rodrigues: the department heads of three fantastic glass departments from across Canada. You have each been part of a huge, never-ending support system to me and the board. Thank you for continuing to develop the future generations of glass in Canada.

 

Marcia DeVicque has been volunteering on this board for well over a decade. Marcia, you are such a great source of knowledge and opinion that I often wanted to hear from you before making decisions. I can easily say that you are the reason that GAAC still exists. You have been a tremendous force in Canadian glass and you are a truly valued friend. Thank you so much for helping me and the community.

 

Benji, thank you so much. You have been a great sounding board, ally, devil’s advocate, partner and never-ending source of energy and encouragement. Benji and I have had many long discussions about how GAAC has changed and how we can adapt to those changes. I am very happy with the direction that you see the association going and I am anxious to see it all unfold.

 

Lastly, I would like to thank my wife, Kate. You have always supported me and my work with GAAC despite it leading to sacrifices, distractions and lengthy discussions about artists and techniques that you likely had little interest in. You have always encouraged me to be part of the larger community and you made being an artist, teaching and working with GAAC all possible. You are the best partner I could have ever asked for and I owe everything in my life to you. I love you and the girls so much.

 

This is in no way a complete list. So many have helped behind the scenes. Please know that I appreciate all that you have done.

 

Thank you all.

 

 

 

Le Mot du Président

Merci

par Steve Tippin

 

 

Comme vous le savez peut être déjà, ma fonction de Président de la GAAC touche à sa fin. Lorsque la prochaine version en ligne de notre magazine sortira, ce rôle sera déjà assuré par l’incroyable Benjamin Kikkert. Je me réjouis de ce qu’il prévoit pour la GAAC.

 

J’ai beaucoup appris durant cette période en tant que Président (ainsi que coordinateur marketing, Représentant Ontario, Vice-Président, coordinateur des membres et coordinateur du site internet). J’ai appris sur mes propres pratiques, mes compétences commerciales et managériales (et mes faiblesses). J’ai découvert l’importance, la diversité, le talent et les compétences qui prédominent au sein de la communauté du verre du Canada. J’ai appris bien trop pour tout vous lister mais rien n’eut été possible sans l’apport de tous et de chacun.

 

Je voudrai remercier tous ceux qui ont siégé à mes côtés au conseil de la GAAC durant ces six dernières années: Brad, Jamie, Sally, Rachel, Kate, Marcia, David, Christy, Benji, Wendy, Gilles, Karina, Robyn, Kat, Melody, Ashley, Lisa, Silvia, Gabby, et tous les représentants régionaux, votre dévouement sans relâche à la communauté continue de m’inspirer. Hier encore, Brad Copping m’encourageait à me porter volontaire au Conseil et je lui en suis reconnaissant. Merci d’être encore aujourd’hui un ami honnête autant qu’un mentor.

 

Je tiens à remercier les membres,  car vous tous rendez la GAAC possible et pertinente. Je ne connais pas d’autre matériau artistique ayant une communauté aussi soudée, qui se maintient à la fois pour elle-même et pour ses individus. Merci de continuer à postuler aux bourses de la GAAC, à faire des formations et des expositions, à donner des conférences et à soutenir la communauté.

 

J’aimerai remercier Christian Poulin, Koen Vanderstukken et Natali Rodrigues, chacun à la tête de trois fabuleux départements du verre au Canada. Vous avez chacun pris part à cet immense système de soutien illimité au Conseil. Merci de promouvoir le développement des générations futures dans le domaine du verre au Canada.

 

Marcia DeVicque participe bénévolement à ce Conseil depuis plus de dix ans. Marcia, tu es une grande source de connaissances et de considérations et j’ai souvent eu besoin d’avoir ton avis avant de prendre des décisions. Inutile de préciser que tu es la raison grâce à laquelle la GAAC continue d’exister. Tu es un immense atout pour le verre canadien en plus d’une amie précieuse. Merci d’avoir tant aidé la communauté ainsi que moi-même.

 

Benji, un grand merci. Tu as été un conseiller génial, un allié, l’avocat du diable, un partenaire et une source sans répit d’énergie et d’encouragement. Avec Benji, nous avons eu de longues discussions sur les changements au sein de la GAAC et comment s’y adapter au mieux. Je suis très content de la direction que prend la GAAC et j’ai hâte de la voir se déployer.

 

Enfin, je souhaite remercier ma femme Kate. Tu m’as toujours soutenu dans mon travail avec la GAAC malgré les sacrifices que cela a impliqué, les distractions, les débats sans fin sur les artistes et les techniques pour lesquels tu n’avais probablement que peu d’intérêt. Tu m’as toujours encouragé à faire partie de cette grande communauté et tu as rendu possible mon enseignement et mon travail à la GAAC en tant qu’artiste. Tu es la meilleure partenaire que je puisse avoir dans la vie et je te dois beaucoup. Je vous aime tant, toi et les filles.

 

Cela n’est en aucun cas une liste exhaustive. Tant de gens m’ont aidé en coulisse. Sachez que j’apprécie tout ce que vous avez fait.

Merci à tous.

 

Share

President’s message Fall 2015

October 15, 2015

Fall is here and that means “back to school” for a lot of people, myself included.

I am currently undertaking a Masters of Business Administration (MBA) at Wilfrid Laurier University. It is a challenging, high speed program and I am learning a lot in areas of business where I feel I was previously lacking experience. I think that the arts community, in general, lacks a lot of business skills, so I hope to use what I learn to improve this community. I am far from being a business expert, but I wanted to start by passing along some highlights that this new experience has taught me so far:

 

Top five things that I have learned as an MBA student:

 

  1. Be prepared. You think that I would have learned to be prepared as far back as Cub Scouts, but this is still the key to success in the MBA program. Whether it is reading a textbook, studying a case, bringing a calculator or showing up early, being prepared is essential. Such preparedness applies to anything and everything that you do. People often shortchange themselves by not preparing.

 

  1. Accounting is difficult, but useful. Actually, so are finance, strategy, marketing, operational management and business analytics. All of these skills are difficult to learn, but will pay off in the long run, because all businesspeople need them to run efficient operations. I already see how my business can improve. It’s not enough to simply make work, drop it off at a gallery and wait. There are a lot of necessary difficulties that you need to overcome to be successful.

 

  1. Get out of your comfort zone. It is easy to fall into routines or patterns because they work well. I have no problem with people that do so in the short run, but I have learned that breaking routine is good for you in the long run. I recommend stepping out of your comfort zone and learning something new. Take a business class, try a new sport, learn a language or even try pumpkin beer. Always check in with yourself to see whether you are in a rut or are moving towards something new. Trying something new is the best way that I have found to shake things up. If you don’t like it, don’t do that thing again. It’s not a failure to learn that you don’t like something, it’s a success.

 

  1. Working in groups has its challenges and rewards. What if someone is doing exactly what you are doing but they are doing it better? Quicker? Cheaper? Working within a group allows members to each focus on their own specialty while the group learns from them. Group work allows others to learn from your strengths, too, and that means that both the combined outputs and efficiencies are increased (sorry, I just wrote my Economics final exam yesterday). I will never say that working with a group is easy, but working together is a great way to learn and to accomplish more than you can as an individual.

 

Never give up. After the first day of the MBA, I was ready to drop out of the program. I am an artist trying to learn complicated accounting formulas and I am very, very far from my comfort zone. I still feel that way sometimes, but for the other six days of the week (yes, I am at school everyday of the week – I am even in the school library as I write this!), I am glad that I didn’t give up. It may not be fun, but it is already paying off. Just because something is difficult does not mean that it is not worthwhile.

 

 

Le mot du président – automne 2015

 

Qui dit automne, dit rentrée scolaire pour la plupart d’entre nous, moi inclus. J’entreprends en ce moment de suivre les cours à la Wilfried Laurier University pour un Master en Business Administration (MBA). C’est un programme de cours très enrichissant et dynamique et j’y apprends beaucoup sur le milieu des affaires dans lequel j’avais des lacunes auparavant. Je trouve que domaine artistique en général manque de connaissances en commerce et j’espère pouvoir appliquer ce que j’aurai appris dans un le but de faire progresser notre communauté. Loin d’être un expert en affaires, je souhaite simplement transmettre les messages clés que cette nouvelle expérience m’a appris jusqu’ici.

 

Top 5 des choses que j’ai apprises dans mon cursus en MBA.

 

  1. Soyez préparés. On me l’avait pourtant appris quand j’étais scout chez les louveteaux, mais c’est essentiel pour réussir son MBA. Que ce soit de lire le livre de cours, étudier le cas, apporter une calculatrice ou arriver à l’heure, il faut être préparé. Cela s’applique à tout ce que l’on fait. On se saborde trop souvent en n’étant mal préparé.

 

  1. La comptabilité est compliquée mais utile. D’ailleurs, la finance, la stratégie, le marketing, le management et l’analyse statistique aussi. Toutes ces choses sont complexes à comprendre mais seront bénéfiques à long terme. Ce sont des compétences dont nous avons tous besoin pour bien faire marcher un commerce et j’entrevois déjà des façons d’améliorer le mien. Réaliser un travail et attendre bêtement une fois l’objet déposé à la galerie ne suffit pas. Il y a bon nombre d’obligations par lesquelles il faut passer avant de réussir.

 

  1. Sortez de votre zone de confort. C’est tellement tentant de se laisser bercer par la routine ou de toujours faire la même  chose parce que ça fonctionne bien. Je n’ai aucun problème avec les personnes qui font ça de manière temporaire mais j’ai appris que cela fait du bien de casser la routine. Je recommande donc de sortir de la zone de confort pour apprendre quelque chose de nouveau. Prenez des cours de commerce, essayez un nouveau sport, apprenez une autre langue ou pourquoi pas à brasser de la bière au potiron. Demandez-vous toujours si vous stagnez ou si vous progressez vers un but. Tester de nouvelles choses est la meilleure façon de me secouer un peu. Si ça ne vous a pas plus, alors ne le refaites pas. Ce n’est pas un échec de découvrir aussi ce que l’on n’aime pas, au contraire, c’est une victoire.

 

  1. Travailler en groupe a ses inconvénients et ses avantages. Et si quelqu’un faisait ce que vous faites mais en mieux? Plus rapidement? Moins cher? Travailler en groupe permet aux participants de se concentrer sur ce qu’ils savent faire de mieux et le groupe peut apprendre de chacun. Connaitre les forces d’autrui permet d’augmenter le rendement et l’efficacité (désolé, je viens tout juste de passer mon examen final d’économie hier). Je ne prétendrai pas que travailler en groupe est facile. Mais c’est un moyen efficace qui permet d’accomplir plus qu’individuellement, et c’est une bonne façon d’apprendre.

 

 

  1. N’abandonnez jamais.  Au bout de mon premier jour en MBA, j’étais prêt  à tout laisser tomber. Après tout, je suis un artiste qui essaye d’apprendre des formules complexes de comptabilité et je suis vraiment très loin de ma zone de confort. Il m’arrive encore de me sentir comme ça parfois, mais les six autres jours de la semaine (car oui je suis en cours 7 jours sur 7 – je vous écris même à l’heure actuelle depuis la bibliothèque de mon école !), je suis content de ne pas avoir abandonné. Ce n’est peut-être pas évident tous les jours, mais ça commence déjà à porter ses fruits. Ce n’est pas parce que quelque chose est compliqué qu’il ne faut pas l’entreprendre pour autant.

 

Share

President’s Message

June 22, 2015

Hooray!!! The education issue!

by Steven Tippin

 

Steven Tippin hamming it up in his last year at Sheridan College. Photo credit: Kate Tippin

Steven Tippin hamming it up in his last year at Sheridan College. Photo credit: Kate Tippin

 

As some of you know, the education issue of our magazine is near and dear to my heart. I love seeing all that the new generation has to offer and I often find myself inspired by the work presented. It is my favourite issue. Please enjoy it with me.

 

This year’s issue is even more precious to me as it marks the end of my first year as the kiln-formed glass instructor at Sheridan College. This role has allowed me to be right there as many of the graduates from Sheridan developed and finalized their new work. I have seen ideas evolve, change and develop. I have seen technical ability be tested and proven and I have even been lucky enough to be able to offer solutions for technical, aesthetical or conceptual problems along the way. I have seen the entire spectrum of reactions to their works as they emerged from the kiln, ranging for complete joy to utter devastation. I was often direct witness to these reactions, whether in person, in conversation or in text message form (some even in the middle of the night).

All of this reminds me of when I was a student and how proud I felt as I raced towards the end of a huge accomplishment, finishing off my college career and the scary emergence as a “professional” artist. It was a huge shift that almost overshadowed the feeling of pride in a job well done. It almost seemed too huge.

 

I want to take this opportunity to remind the graduates from all the glass programs to take some well-deserved (and perhaps slightly selfish) time to celebrate what they accomplished and the credentials that they have received. It was an uphill battle from the beginning, but somehow, through all the trials and challenges, you emerged victorious (even if slightly damaged – tee hee). All of this is due to the intense dedication and hard work that you have poured into your education, your work and yourself.

 

I welcome you all to the world of professional artists and please accept my overwhelmingly proud, “congratulations,” as you become part of a fantastic community of artists. Many of us have been exactly where you are now and know how it feels. You have the rest of your career to try new things and develop in new ways. So what’s next for you?

 

 

Le mot du président

Enfin, le numéro consacré à  l’enseignement!!

par Steven Tippin

 

Steven Tippin au cours de sa dernière année au Sheridan College. Crédit Photo: Kate Tippin

Steven Tippin au cours de sa dernière année au Sheridan College. Crédit Photo: Kate Tippin

 

Comme vous le savez surement, le numéro de notre magazine qui porte sur l’enseignement est cher à mes yeux. J’adore contempler tout ce que la nouvelle génération peut nous offrir et je suis souvent inspiré par les œuvres qui nous sont présentées. Appréciez donc en ma compagnie.

 

Le numéro de cette année est d’autant plus important qu’il marque la fin de ma première année en tant qu’enseignant en pâte de verre au Sheridan College. Ce rôle m’a permis d’être présent au moment précis où les étudiants de Sheridan ont développé et achevé leur projet de fin d’année. J’ai pu voir les concepts peu à peu évoluer, changer et se réaliser. J’ai vu des prouesses techniques être testées et démontrées et j’ai même eu la chance de pouvoir proposer des solutions aux problématiques techniques, esthétiques ou conceptuelles qui se sont posées. J’ai vu tout un panel de réactions au moment où les œuvres sortaient du four, allant de la joie ultime à la déception totale. J’étais souvent témoin direct de ces réactions, que ce soit face à la personne,  dans une discussion ou par message téléphonique (certains parfois même au beau milieu de la nuit).

Tout cela me rappelle le temps où j’étais moi-même étudiant et la façon dont j’étais fier  à l’approche de la fin mes études, tout en étant pétrifié par mes débuts en tant qu’artiste « professionnel ». C’était un énorme changement qui a presque fait chavirer la satisfaction d’avoir réussi mes études. Cela me semblait presque insurmontable.

 

Je veux profiter de cette occasion pour rappeler à tous les étudiants diplômés des programmes verre,  de surtout prendre ce temps bien mérité pour fêter cet accomplissement et ce diplôme.  Dès le début, il a été question de vaincre à travers tous les essais et défis et vous en êtes ressortis vainqueurs (même si vous n’êtes pas tout à fait indemnes, héhé). Tout cela est le résultat d’une dévotion immense et de l’effort constant qui a été fourni au cours de vos études dans votre travail.

 

Je vous souhaite la bienvenue dans le monde des artistes professionnels et je vous prie d’accepter mes félicitations sincères, tandis que vous entrez dans notre merveilleuse communauté d’artistes. Beaucoup d’entre nous sommes passés par cette même étape et savons ce que vous ressentez. Vous avez à présent le reste de votre carrière pour tenter de nouvelles choses et évoluer de différentes façons. Alors, vers où se diriger à présent ?

 

 

Share

President’s Message Jan 2015

March 2, 2015

Try something new this year.

I am writing this message fresh into 2015 and I have to admit that I feel good about this year and its possibilities, despite last year ending on a sour note.

 

On a GAAC-related note, we were informed that we have lost many of our regional representatives. We are finding it difficult to organize GAAC without those integral positions filled. I started with GAAC as the Ontario representative and really enjoyed being a part of the national conversation as well as informing GAAC’s nearly 400 members of what was going on in my region. I am putting out a call to those who might be interested in this position to contact me directly at gaacpresident@gmail.com to discuss it further. It is a very important position and we need your help. Remember that without volunteers, there is no GAAC.

 

Hearing that Canadian Glass was losing arguably one of its strongest supporters, with Galerie Elena Lee closing, also brought a sad end to 2014. Not only is it one fewer gallery to show our glass, but Elena has also supported our Canadian Glass community for some 35 years. Elena remains strong and optimistic, but I would hate to not mention her importance and the void left with the closing of her space.

 

On an optimistic note, a brand new year is the best time to make a fresh start. This year already looks like it will be great. If you have not heard, 2015 has been called the Year of Craft: a year-long, nation-wide festival aimed at promoting craft as a key player in Canadian culture. The type of events include craft exhibitions, fairs, book launches, open houses, conferences, workshops, competitions, publications, community events and more. It is a great time to be part of craft and I want to hear of all your events and encourage you to promote them on the Craft Year website.

 

Another fresh start will happen for Stephanie Baness as the winner of GAAC’s Pilchuck Scholarship. She is planning to take Erika Tada’s class on hollow-core and press moulds (and I am very jealous!!!). See more of Stephanie’s work on her GAAC profile page. Jurors were Benjamin Kikkert, Steven Tippin and Gilles Payette.

 

I am personally making it my goal to try something new this year. I have already enrolled for curling, but I also want to break new ground professionally. I am not sure what I will do yet, but I challenge you to try something new this year too. Maybe you will take an exciting class, like Stephanie, or try new ways to promote your event (like the 2015 Craft Year). Maybe you, too, will just try not to fall while curling, but please make it your goal to learn about something new. It will lead to something great. It always does.

Stay warm friends,

Steven.

 

 

Essayez quelque chose de nouveau cette année

 

Je vous écris ce message alors que 2015 vient à peine de commencer et j’ai un bon pressentiment sur cette année et ce qu’elle va nous apporter de nouveau.

 

Dans un des communiqués internes de la GAAC, on nous a informés que plusieurs de nos représentants régionaux nous quittaient. Il nous est difficile de faire fonctionner la GAAC sans que tous ces postes soient occupés.  J’ai moi-même débuté à la GAAC en tant que représentant de l’Ontario et j’ai vraiment apprécié de pouvoir faire partie des débats à l’échelle nationale et d’informer les quelques 400 membres de ce qui avait lieu dans ma région.  Je lance donc un appel à ceux qui pourraient être intéressés par ces postes et les invite à me contacter directement pour en parler à gaacpresident@gmail.com.  C’un rôle très important et nous avons besoin de vous. N’oubliez jamais que sans  cette aide bénévole, la GAAC n’existerait pas.

 

L’annonce de la fermeture de la galerie Elena Lee, une de nos plus grands supporter du verre canadien, a donné une triste teinte à cette fin de 2014. Non seulement c’était une des seule galeries à exposer notre verre, mais Elena soutenait la communauté verrière du Canada depuis 35 ans. Elena reste forte et optimiste, mais je souhaite quand même faire allusion à l’importance qu’elle avait et le vide qu’elle a laisse derrière elle après la fermeture de son espace.

 

Commencer une nouvelle année est donc la meilleure façon de tout reprendre de façon optimiste. Cette année démarre bien. Au cas où vous ne le savez pas encore, 2015 a été déclarée année de l’artisanat : un festival qui va s’étaler sur toute l’année dans le pays entier pour promouvoir l’artisanat en tant qu’élément clé de la culture canadienne.  Sont prévus au programme de cet événement des expositions artisanales, des foires, des lancements de livres dédiés, des portes ouvertes, des conférences, des ateliers, des concours, des publications, des événements locaux, et bien plus encore.  C’est le moment idéal pour faire partie de l’artisanat et je souhaite que vous m’informiez de tous vos événements. Je vous encourage également à les promouvoir sur le site Craft Year .

 

Stephanie Baness prend elle aussi un nouveau départ en tant que lauréate de la  bourse GAAC à Pilchuck. Elle a prévu de suivre les cours d’Erika Tada sur les moulages (et je suis très envieux !). Allez sur sa page de profil de notre site pour en savoir plus sur le travail de Stéphanie. Benjamin Kikkert, Steven Tippin et Gilles Payette faisaient partie des jurés.

 

Personnellement, je me suis fixé comme résolution pour cette année de tenter quelque chose de nouveau. Je me suis déjà inscrit au curling mais j’ai l’intention de faire du nouveau professionnellement aussi. Je ne suis encore pas certain de ce que je vais essayer mais je vous conseille d’en faire autant. Peut-être que vous suivrez un nouveau cours comme Stéphanie, ou vous essayerez de nouvelles façons de promouvoir vos événements (comme l’année de l’artisanat 2015). Peut-être que vous aussi, vous essayerez de garder l’équilibre en jouant au curling, mais fixez-vous cet objectif que de découvrir quelque chose de nouveau. Cela ne vous sera que bénéfique. C’est toujours le cas.

Restez au chaud les amis,

Steven.

Share

President’s Message

December 8, 2014

I want to tell you all about a great day that I had a little while ago. It was a day full of good friends, good times, information, new techniques, games and laughter. Sure, it was hot but no one seemed to be bothered or at least they did not let the heat slow them down.

 

The Glass Gathering, as it is officially called, is something that you may hear about when talking to your glass friends or scanning your Facebook newsfeed. Word is spreading quickly about this event because it is gaining momentum—for good reason. This event is only in its second year and already it has become something spectacular. Last year, the Glass Gathering had 150 attendees and this year the pre-event registration had over 230 registered, not to mention all the people that showed up unregistered. I will let someone else describe the event (See the article by Loni Kimber or the photo essay in this issue) and instead tell you how it inspired me.

 

The Glass Gathering was a free event but lets think about what that means. For an event to be free there must be no overhead cost to run the event or the costs were somehow donated, gifted and given. It means that all lecturers and demonstrators were not paid anything and wanted to simply be a part of something special. The Alumni relations team managed not only to have free food for the 250 expected glass enthusiasts, but they felt so strongly about supporting this event that they even hosted a raffle and watched a few demos and lectures. Each of the organizers and the countless volunteers were working their butts off to make sure that this event was a success without being paid anything other than cold water. The ever-supportive Glass department and its faculty and students at Sheridan College felt so strongly about the glass community that they were willing to give up their working time and space, their benches and tools, their torches and kilns. Sheridan also footed the bills for supplies and resources such as the glass, natural gas, oxygen, etc. all to support a great cause. Everyone who donated and volunteered did not just support the event, but also supported building a broader glass community. Imagine what we could accomplish if more people supported this type of initiative.
 

Glass enthusiast cannot resist a “selfie” with Chihuly. Photo by Nick Chase.

Glass enthusiast cannot resist a “selfie” with Chihuly. Photo by Nick Chase.

 

On a personal note, I cannot tell you how great it was to see everyone at this event, especially those that I have not see for much too long. Let’s not wait so long before connecting next time. For all of the other friends that I still need to reconnect with, I will see you at Sheridan College for the next Glass Gathering happening next September.

 

 

Le mot du Président

 

Laissez-moi vous parler de cette magnifique journée que j’ai passée il y a quelques temps. Une journée remplie de bons amis, de bons moments, de choses intéressantes, de nouvelles techniques, de jeux et de rires. C’est vrai qu’il a fait vraiment chaud, mais personne ne s’en est plaint et ne s’est laissé démotiver par la chaleur.

 

Le Glass Gathering(Rencontre du Verre), tel qu’officiellement intitulé, est un événement dont vous avez peut-être déjà entendu parler dans le milieu du verre ou sur votre fil d’actualités Facebook. Si le mot s’est aussi vite répandu pour cet événement, c’est qu’il y a de bonnes raisons. Deux années à peine, et déjà l’événement prend de l’ampleur. L’année passée, 150 personnes avaient assisté au Glass Gathering, tandis que cette année, on comptabilisait déjà 230 personnes préinscrites, sans compter toutes celles qui se sont pointées le jour même sans inscription. Je préfère laisser quelqu’un d’autre vous parler de l’événement (voir l’article de Loni Kimber et le roman-photo de ce numéro) et vous dire plutôt à quel point cela m’a inspiré.

 

Le Glass Gathering est un événement gratuit, demandons-nous ce que cela implique. Pour qu’un événement soit gratuit, il ne doit pas y avoir de frais généraux, ou alors ces coûts doivent faire l’objet de dons ou de faveurs. Cela signifie que les intervenants n’ont pas été rémunérés et tenaient simplement à participer à quelque chose d’unique. L’équipe du réseau des Alumni est parvenue à négocier non seulement le repas gratuit pour les 250 fans de verre attendus, mais ils se sont tellement impliqués qu’ils ont aussi organisé une tombola et ont assisté à plusieurs démonstrations et conférences. Chacun des organisateurs et les nombreux bénévoles se sont donnés un mal fou pour que tout se déroule au mieux durant l’événement, le tout sans jamais rien y gagner. Le département du verre du Sheridan College avec ses étudiants et professeurs ont, comme toujours, été d’un précieux soutien et ont sacrifié leur temps et leur lieu de travail pour nous donner accès à leurs outils et bancs, fours et creusets. Sheridan a aussi pris en charge les factures pour le matériel et les ressources, tels que le verre, le gaz et l’oxygène, en soutien à cet événement important. Tous ceux qui ont donné un peu de leur temps n’ont pas seulement participé au succès de l’événement mais, ont aussi contribué à agrandir le réseau de la communauté du verre. Imaginez tout ce que l’on pourrait accomplir si plus de personnes soutenaient ce genre d’initiative ?

 

Les amoureux du verre ne peuvent s’empêcher de faire un « selfie » avec Chihuly. Photo de Nick Chase.

Les amoureux du verre ne peuvent s’empêcher de faire un « selfie » avec Chihuly. Photo de Nick Chase.

 

D’un point de vue personnel, difficile de vous dire à quel point j’ai pris plaisir à revoir tous ceux présents à cet événement, en particuliers ceux que je n’avais pas vu depuis longtemps. N’attendons pas si longtemps pour nous revoir la prochaine fois. Pour tous les autres amis avec lesquels je dois encore reprendre contact, rendez-vous au Sheridan College lors du prochain Glass Gathering en septembre 2015.

Share

President’s Message

June 15, 2014

Congratulations Grads in Canada and abroad!

by Steven Tippin

 

My favourite issue has finally arrived and, man alive, I am excited! It is finally the Contemporary Canadian Glass magazine’s education issue. This is the issue where we brag about the great stuff happening in the world of education, both in Canada and abroad. My favourite part has always been the feature on the graduates from the Alberta College of Art + Design, Sheridan College, and Espace Verre, so please take some time and read them and – not to toot our own Glass Art Association of Canada horn – but the whole issue is pretty great, so why not read it all?

 

Why is the education issue always my favourite? Even before I myself was featured as a graduate from Sheridan College, I have always enjoyed the Canadian graduate feature. It allows GAAC to highlight the newest directions in glass and the best that the schools have to offer. Needless to say, the work is inspiring, raw, and fresh.

 

Allow me to congratulate our graduating students, both here in Canada and abroad. Your countless hours working in the studio have finally paid off and now we the readers get to see what you have been working on while spending months locked up in a studio. I was lucky enough to do a residency at Sheridan College and, because of this, I know half of the graduates in Canada. This makes my first education issue as president especially, uh, special. It also means that I was able to watch many of these students grow in their second and third years and see the glimmers of excitement and brilliance.

 

So join me, GAAC members, in seeing what the Grads have to show us. Remember their names because they are the future of Canadian glass art.

 

 

Félicitations aux nouveaux diplômés au Canada et à l’étranger!

par Steve Tippin

 

Mon édition préférée est enfin arrivée et j’en suis tout excité! Enfin, c’est l’heure du numéro de notre magazine  Contemporary Canadian Glass spécial Education. C’est celui où nous parlons de toutes les belles choses qui se font dans le milieu de l’enseignement, à la fois au Canada et à l’étranger. Ma partie préférée a toujours été l’édition spéciale dédiée  aux diplômés de l’Alberta College of Art + Design, du Sheridan College, et de l’Espace Verre, alors prenez un moment pour les lire et – sans vouloir nous vanter- la totalité de l’édition est vraiment bien, autant la lire en entier !

 

Pourquoi le numéro sur l’éducation est-il toujours celui que je préfère ? Avant même d’avoir pu en bénéficier en tant que diplômé du Sheridan College, j’ai toujours apprécié la page réservée aux diplômés canadiens. Cela permet au GAAC de valoriser les dernières tendances du verre et aux écoles de nous présenter le meilleur de ce qu’elles ont. Inutile de préciser que le travail présenté y est frais et stimulant.

 

Permettez-moi de féliciter nos étudiants diplômés, à la fois au Canada et au-delà de nos frontières. Vos nombreuses heures de travail en atelier paient enfin, et nous lecteurs, pouvons à présent découvrir ce sur quoi vous avez travaillé depuis des mois au fond de vos ateliers. J’ai eu la chance d’effectuer une résidence au Sheridan College et grâce à cela, je connais la moitié des diplômés canadiens. Ce qui rend ma première édition sur l’éducation d’autant plus spéciale. Cela signifie aussi que j’ai pu observer la plupart de ces étudiants progresser durant leur deuxième et troisième année, et remarquer les étincelles de créativité et d’exhortation dans leurs yeux.

 

Ainsi, chers membres du GAAC, voyez ce que nos diplômés ont à nous présenter. Souvenez-vous de leurs noms car ils représentent l’avenir de l’art du verre du Canada.

Share

New Year, New Magazine Team

February 18, 2014

By Steven Tippin

 

One of the greatest rewards that I get out of this volunteer position is the connections that I make. Almost daily, I am discussing something with one of the board members, or run into a member on the street, or even just look at someone’s site on the internet.  Connecting with great people is both a requirement of the position and a perk. I am pleased to introduce the two newest amazing members of our magazine team: Katrina Brodie and Robyn Weatherley. Katrina is taking over as Regional Coordinator and Robyn is settling in as Editor-At-Large and I assure you that these are two of the finest people I have had the pleasure to work with. We have a few new faces on the GAAC board but, seeing as you are taking the time to read this magazine, I wanted to highlight these two new faces that volunteer countless hours getting it to you.

 

Katrina, if you haven’t already guessed by her picture on the “Meet the Board” page, in which she is tossing popcorn to catch it in her mouth, is full of personality. She is a trooper, a fighter, and a very kind person; perfect for her role as Regional Coordinator. In this role, Katrina will be collecting, organizing and making certain that the articles from our contributors include all of the necessary items for publishing.  She is the direct contact with each of the reps from each region of this country, making sure that they have ideas for upcoming articles and that they have help with whatever articles they are currently collecting or writing. She comes highly recommended and, from what I have seen, she earns it.

 

Robyn is the other half of this magazine team in her role as Editor-At-Large. She has already proven to be very professional and logical in every aspect of her role thus far. She comes to us highly educated with an MFA in glass at Tyler School of Art in Philadelphia, and earned her BFA prior to that at the Alberta College of Art + Design. She is perfectly suited for the role as Editor because she is efficient, concise, acts in a very professional manner, and is very aware of the art world. I am very happy that she has agreed to join our team. Both Katrina and Robyn have already come to me with great ideas to build upon an already great magazine that so many talented people have helped build.

 

There are no fewer than fifteen hardworking people volunteering their time to put each issue of this magazine forward. If I do some simple math, that roughly adds up to two hundred hours or just less than six weeks for one person; a working full time job. And these wonderful volunteers do it three times a year (and for free!). I would be remiss if I did not also thank Benjamin Kikkert, our outgoing Editor-At-Large and Regional Coordinator (who has now taken on the Vice President role) for getting the magazine to where it is now. Thank you, Benji, and thank you also to everyone who has contributed to the magazine in any way. You should all be really proud of it. I am.

 

Tags:  Steve Tippin, volunteers, Contemporary Canadian Glass, magazine, Katrina Brodie, Robyn Weatherley, Benjamin Kikkert, Tyler School of Art, Alberta College of Art + Design, Glass Art Association of Canada Board of Directors

 

 

Nouvelle année, nouvelle équipe au magazine

Par Steven Tippin

 

Les liens que je tisse au quotidien sont certainement ma plus belle récompense pour occuper ce poste en tant que bénévole.  En effet, il m’arrive presque tous les jours de parler avec un des membres du conseil, de croiser un artiste membre dans la rue, ou de regarder le site Internet d’un autre.  Réussir à réunir un bon réseau de personnes fait à la fois partie des conditions requises pour le poste et représente un avantage. Ainsi, je suis ravi de vous présenter deux nouvelles personnes de l’équipe du magazine : Katrina Brodie et Robyn Weatherley. Katrina reprend le poste de Coordinatrice régionale et Robyn nous rejoint en tant que Rédactrice collaboratrice, et je peux vous garantir qu’elles sont toutes deux plaisantes à cotoyer. Nous avons aussi quelques nouvelles figures au Conseil d’administration de la GAAC, mais vu qu’en cet instant précis vous êtes en train de lire notre magazine, je voulais mettre en lumière ces deux nouvelles personnes, qui vont fournir beaucoup de temps pour vous le faire parvenir.

 

Au cas où vous ne l’auriez pas encore deviné par sa photo sur la page « Meet the Board » où Katrina rattrape du popcorn au vol, elle a beaucoup de caractère. C’est une fonceuse, une battante et aussi une personne très gentille ; elle est donc parfaite pour le rôle de Coordinatrice régionale. Dans ce poste, Katrina collectera, organisera et s’assurera que les articles de nos contributeurs sont complets et prêts à être publiés. Elle sera en contact direct avec les représentants régionaux du pays pour s’assurer qu’ils aient des idées pour les prochains articles et les aider pour ceux qui sont en rédaction ou à venir. Elle nous a été recommandée, et force est de constater qu’elle le vaut bien.

 

Robyn assurera l’autre partie de l’équipe du magazine en tant que Éditrice collaboratrice. Elle nous a jusqu’à présent démontré son professionnalisme et sa logique dans chaque aspect de son rôle. Dotée d’un bagage scolaire fort, elle a obtenu sa Maîtrise en verre à Tyler School of Art de Philadelphia ainsi qu’un Baccalauréat au Alberta College of Art + Design. Elle est parfaite pour le rôle d’éditrice car elle est efficace, concise, très professionnelle et connais bien le milieu artistique. Je suis vraiment content qu’elle ait accepté de rejoindre notre équipe. Katrina et Robyn ont déjà fait de très bonnes suggestions pour nous permettre de continuer à améliorer ce super magazine auquel tant de personnes talentueuses ont déjà contribué.

 

Pas moins de 15 personnes travaillent bénévolement pour publier chaque nouvelle édition du magazine. En faisant le calcul, on arrive à près de 200 heures, ou un peu moins de six semaines pour une seule personne. C’est donc un travail à plein temps. Et ces merveilleux bénévoles le font trois fois par an (et gratuitement !). Quel oubli si je ne pensais pas également à remercier Benjamin Kikkert, le précédent Rédacteur et Coordonateur régional (qui est maintenant Vice-président) pour avoir amené le magazine jusqu’à son état actuel. Merci Benji, et merci aussi à tous ceux qui ont contribué de près ou de loin au magazine. Vous pouvez tous être fiers de vous. En tout cas, moi je le suis.

 

Tags:  Steve Tippin, bénévoles, Contemporary Canadian Glass, magazine, Katrina Brodie, Robyn Weatherley, Benjamin Kikkert, Tyler School of Art, Alberta College of Art + Design, Conseil d’administration de L’Association du verre d’art du Canada

 

Share
//